Tolérance et Intolérances

Certains produits peuvent contenir des « ingrédients » qui ne semblent pas compatibles avec une intolérance identifiée par un test de détection d’IgG. La question est donc « Est-ce tolérable ? » !

En pratique, il faut pouvoir comprendre l’étiquetage.

Ci-dessous l’exemple d’un mélange pré et pro biotiques qui peut questionner ses utilisateurs, d’autant que l’étiquetage évolue avec les exigences des administrations de tutelle ou des applications excessives du « principe de précaution »

Exemple : pour un stick de PROVIPLUS – Lot P150166 (DIET HORIZON): Convient aux végétariens
Fibres solubles de blé :1 116,5 mg (Sans gluten) … [La mention « sans gluten » a été ajoutée, il y a peu de temps]
Mélange de souches bactériennes : 170 mg soit (10 milliards de germes)
Inuline de chicorée pure : 108 mg

Ingrédients : fibres de blé, mélange de souches bactériennes (Bifidobacterium longum, Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus Rhamnosus, Lactobacillus bulgaricus, Streptoccus thermophilus, Bifidobacerium BB-12®, Lactobacillus acidophilus LA-5®) (lait), inuline de chicorée, arôme naturel de vanille, antiagglomérant : dioxyde de silice. … [La mention « lait » vient d’être ajouté]

L’avis de l’expert A. FLEURY – Ancien Responsable Qualité Probiotiques Europe:
« La fibre de blé ne contient jamais de gluten donc pas de source d’allergène sur cette ligne.
Les dérivés du lait sont libellés de façon telle que ce sont très certainement des traces de lactose issues du milieu de fermentation d’une ou de plusieurs souches de la formule.
Avec de tels résidus de culture bactérienne, les risques allergéniques existent-ils ?
– La réponse du Service Technique serait « Risque zéro ».
– La réponse de l’Assurance Qualité serait « A préciser sur l’étiquette »
D’un point de vue fabrication, la suppression de toute trace de dérivés laitiers est irréaliste en l’état des technologies utilisables. La seule solution envisageable serait de changer les souches concernées pour des souches cultivées sans milieu lacté ; mais ce serait une autre formule et qui ne serait certainement pas aussi efficace.
Dans la pratique le risque ne semble pas réel et ne nécessite donc pas d’être remédié ! »

L’avis de la rédaction : « Exprimé en termes relevant du jargon de la santé, le rapport bénéfice/risque est plus proche de l’infini que de la nullité! »

Rédaction: Philippe DÉLAS –
Docteur Vétérinaire – D.U. Acupuncture et Médecine Traditionnelle Chinoise (Fac. Med. Paris XIII) –
Maître Praticien Programmation Neuro-Linguistique et Hypnose Ericksonnienne –
Conseiller en remèdes ancestraux et savoirs du 3ème millénaire –

Coach en Phyto-Bien-être® : le Bien-être par les plantes et les produits de la Nature –
Bilan Immuno-Alimentaire® (IgG) – Chrono-Observance® – Nutrition – Saisonnalités – Transitions –
coach.phytobienetre@gmail.com – 07 64 07 78 55

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *