Plus de « souci » et une belle peau avec Calendula officinalis

Le souci, nom commun Calendula officinalis, et ses bienfaits : fleur de tous les mois.
Cette fleur, originaire du bassin méditerranéen, soulage bien des maux.
Hildegarde de Bingen (1098-1179), mystique allemande du moyen-âge, abbesse et également naturaliste a été la première à s’en servir pour soigner les maladies de la peau.
Cette fleur à la robe jaune orangé, était préconisée contre les piqures et morsures d’animaux venimeux. C’est aussi un anti-inflammatoire, antiseptique externe, cicatrisant, …
En usage externe, sous forme de cataplasme, de lotion, ou d’huile à vertu adoucissante, on utilise le calendula pour soigner les blessures et les brûlures. Il vient également à bout des démangeaisons.
Sous forme de lotion, il sera utilisée pour nettoyer les petites plaies, les peaux acnéiques ou à tendance acnéiques, ainsi que les brûlures mineures.
L’huile adoucissante servira à calmer les irritations cutanées (adultes, bébés et enfants) ainsi qu’à nourrir et hydrater la peau des mains.
Baume ou crème au calendula viendront à bout des petits boutons et autres problèmes de peaux : gerçures, engelures et crevasses, dartres, plaies et irritations (Le BAUME à la Grande Consoude (Symphytum officinalis), contient aussi du Calendula officinalis).
En usage interne, sous forme de tisane, le souci est dépuratif de la peau. Il sera apprécié dans les cas de varicelle et de rougeole. On le préconise également en cas de congestion hépatique.
Consommé une dizaine de jour avant les règles, il soulage les problèmes menstruels.
Aujourd’hui de par ses composés, flavonoïdes, caroténoïdes et acide salicylique pour n’en citer que les principaux, et ses vertus, le calendula intéresse la médecine officielle. Il est notamment utilisé pour soulager les brûlures dues aux rayons.
Vincente TIBAUDO
Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *